Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14.11.2012

ÉLIE SÉMOUN OU LA VICTOIRE DU TERRORISME ISLAMISTE

            Ce matin du mardi 13 novembre 2012, un peu après 9h, j’allume la radio. Je tombe sur Élie Semoun, invité de l’émission matinale de RTL, présentée par Laurent Bazin, Laissez-vous tenter. Il vient présenter son dernier spectacle. On donne un extrait d’une saynète où le comique se moque des aveugles. Naturellement, les journalistes présents ne manquent pas de l’interroger sur la question des limites de l’humour, cette tarte-à-la-crème de tout débat médiatique. Je retranscris le symptomatique dialogue qui s’ensuit, en éliminant quelques répliques parasites :

elie semoun,islam,islamisme,islamistes,terrorisme,michel cohen-solal,laurent bazin,salman rushdie,taslima nasreen,theo van gogh,robert redeker,arabes,musulmans,intolérance,intimidation,menaces,handicapés,belges,aveugles,catholiques,rtl,laissez-vous tenter,stéphane guillon,patrick timsit,lâcheté,françois de souche,israël,antisionisme,antisémitisme,immigrés,palestine,alain soral,ccif,mrap,sos racisme,stigmatisation,islamophobie,amalgame– Michel Cohen-Solal : « Ça c’est pas gentil. Ça, ça va loin. Vous vous imposez quand même quelques limites, ou non ? »
– Élie Sémoun explique qu’il se cale sur les réactions du public, et s’arrête quand il sent qu’il va trop loin. À plat, il y a des choses qui peuvent choquer, mais sur scène pas du tout.
– Laurent Bazin : « Il disait, Michel : où est la limite ? On se souvient que Stéphane Guillon a soulevé une polémique en demandant le déplacement d’une personne en fauteuil roulant qui le dérangeait, qui se trouvait trop près de la scène. Patrick Timsit avait eu un problème avec un sketch sur les mongoliens, à une autre époque. Où est la limite, où est-ce qu’on met le curseur ? »
– Élie Sémoun : « Où est le curseur ? Comme je vous le dis, enfin, moi je vais souvent loin ; même dans ce spectacle je rentre en chaise roulante, quand même, donc ça peut être choquant. Mais souvent, ceux qui se choquent, ce sont ceux qui sont derrière les chaises roulantes, ou à côté, ou devant, mais pas ceux qui sont assis. Donc je pense que les gens sont pas…
– Laurent Bazin : « Il y a des choses que vous vous interdisez ? C’est ça la question. Est-ce qu’il y a des choses que vous ne ferez pas ? »
– Élie Sémoun : « Comme j’ai pas envie de me faire égorger, je ne vais pas faire des sketchs sur les Arabes, les islamistes, etc. D’ailleurs, j’ai entendu ce matin le frère de Mohammed Merah, je trouve que c’est très très courageux, ce qu’il fait, très très courageux. Non, il y a des choses… »
– Laurent Bazin : « Donc vous vous interdisez la religion ? »
– Élie Sémoun : « La religion, la politique, ça me passionne pas vraiment, j’avoue. Ce qui me passionne c’est l’humain. »
 
            Cette émission est encore trouvable avec ce lien. Le dialogue que j’ai retranscrit se trouve à partir de 6’35’’, et la phrase-clef un peu après 8’05’’.
            Est-il besoin de commenter cet aveu de lâcheté ? Élie Sémoun reconnaît qu’il n’a pas envie d’avoir d’ennuis, et qu’il ne va donc pas attaquer de front ceux qui pourraient mal le prendre. C’est-à-dire qu’il cède à l’intimidation islamiste. Évidemment, les handicapés et les aveugles n’ont pas un grand pouvoir de nuisance. Du reste, on n’a jamais entendu qu’ils cherchassent à terroriser par des menaces ceux qui plaisantaient sur eux, qu’ils se fussent déjà attaqués à ceux-ci, qu’il y eût eu de leur part des voies de fait caractérisées. Il est dommage que les quatre journalistes présents autour d’Élie Sémoun aient manqué de présence d’esprit, ce qui les a empêchés de faire la bonne réponse : « Ah bon ? Mais alors, si jamais l’extrême-droite était beaucoup plus virulente, si elle réagissait violemment chaque fois qu’on s’en prend à elle, si elle multipliait les attentats, si elle avait déjà persécuté ou assassiné ses adversaires, comme les islamistes l’ont fait avec Salman Rushdie, Taslima Nasrine, Théo Van Gogh, Robert Redeker et quelques autres, vous appliqueriez le même principe ? Vous n’auriez pas envie de vous faire égorger, donc vous vous écraseriez de la même façon ? Vous continueriez à faire dans l’humain, ou à vous moquer des handicapés, pour ne pas avoir de soucis ? »
            Et après on continuera de dire que l’immigration n’est pas un problème… Les blagues sur les Belges ou sur les cathos, tant que vous voulez. Mais sur les Arabes ou sur les musulmans, ouh là !

            Appendice : J’ai signalé cette vidéo à Fdesouche, d’où une brève qui a suscité une flopée de commentaires dont une grande partie tourne autour du sempiternel clivage anti-arabes/pro-sionistes contre anti-sionistes/pro-arabes, comme s’il fallait s’allier aux uns pour lutter contre les autres, comme s’il n’était pas possible de rêver d’une Europe débarrassée aussi bien de l’islam (et des non-blancs) que du communautarisme juif, à l’instar de l’Espagne d’Isabelle la Catholique. Ce débat assez minable, qui dérive vite vers l’agressivité la plus grossière, est surtout suscité par les interventions d’un dénommé « LapinBlanc », qui paraît un de ces antisionistes aussi crétins que paranoïaques, comme il en foisonne autour de Soral, qui croient que tous nos malheurs ont une cause première : Israël. Son orthographe très fautive est à elle seule symptomatique du piètre niveau de sa réflexion, comme presque toujours. Je relève ce propos bien caractéristique : « Israël n’ est pas la solution , il est le problème ! …….. Tant que l’ état Israélien colonisera et volera des terres qui ne lui appartiennent pas pour créer son grand Israël, la tentions montera et générera des Guerres qui nous apportera des réfugiers supplémentaires ! ». L’immigration en Europe serait donc surtout constituée de réfugiés palestiniens !!! Ou peut-être aussi iraquiens et syriens ? On se pince…
            Parmi les quelques autres commentaires, je retiens celui-ci, dû à « CDN », le n°7 : « "Mais souvent ceux que ça choque, ce sont ceux qui sont derrière ou à côté des chaises roulantes mais pas assis" Oui c’est comme pour les saynètes sur la Choa, ceux que ça choque ce ne sont pas ceux qui sont directement concernés mais leurs coreligionnaires. Ah c’est moins drôle, tout de suite. » Pas mal envoyé. Il serait intéressant de savoir ce qu’Élie Sémoun en pense, encore qu’on devine bien sa réponse.

            Au fait : qu’attendent le CCIF, le MRAP et SOS Racisme pour porter plainte contre Élie Sémoun ? Le délit d’islamophobie est caractérisé, là, non ? L’humoriste stigmatise toute une communauté en la présentant comme intrinsèquement intolérante et violente, incapable d’accepter la moindre plaisanterie ! Il répand un amalgame nauséabond : arabe=terroriste. Ça appelle une condamnation !